Naissance du réseau EduSeis Haïti

27/01/2019 Port au Prince, Haïti

Le premier réseau sismologique à vocation éducative voit le jour en Haïti avec l'équipe EduMed-Obs

Les 26 et 27 janvier derniers, une équipe de EduMed-Obs s'est rendue en Haïti à l'invitation de l'ambassade de France, et du Collège Catts Pressoir. Une formation très riche et intense auprès d'une trentaine d'enseignants venus de tout le pays a permis de lancer le tout premier réseau éducatif en Haïti.

Cet atelier de formation a permis aux apprenants de découvrir une station sismologique, d’être à l’écoute  sismique avec le sismomètre, d’exploiter les enregistrements et les catalogues de sismicité et de savoir plus sur les séismes et le risque sismique. De plus quatre sismomètres devraient être installés dans les prochaines semaines.

Charles Guy Etienne, directeur du collège Catts Pressoir, a expliqué que cet atelier de formation est dédié spécifiquement aux professeurs de science des écoles haïtiennes. Cette séance de formation visait à mettre en place un réseau de surveillance sismique scolaire. «Seuls nous n’arriverons pas à faire cette surveillance. Nous luttons afin que certaines écoles puissent disposer de sismomètre et que d’autres puissent bénéficier de mêmes formations», a fait savoir le professeur.
Ce partage de connaissances, d’expériences, d’expertise et du matériel avec d’autres écoles, a poursuit M. Etienne, facilitera la création d'un réseau permettant d’identifier l’épicentre d’un séisme, d’avoir beaucoup plus de données sur n’importe quelle secousse tellurique.

Jean Luc Berenguer et Julien Balestra (Observatoire EduMed de Université Côte d’Azur) ont animé cet atelier de formation. Leurs interventions ont  consisté à partager avec des enseignants des idées pour que dans les classes, on puisse faire de la prévention au risque sismique en utilisant des données de sismomètre qu’on installe dans les établissements scolaires.
« Haïti est une terre sismique, c’est important que cette thématique soit présente dans les enseignements des écoles secondaires», a soutenu Jean Luc Berenguer. Selon lui, le meilleur relais pour la société et pour la prévention aux risques sismiques reste les enfants. Ces derniers, ajoute-t-il, peuvent devenir des ambassadeurs pour le risque sismique, dans leurs écoles, auprès de leurs familles. «Quand les enfants sont bien formés, la société peut compter sur eux, car ils constituent un bon relais», a souligné le professeur.

Partager cet article :